Articles de vingtansapresweb

  • Les pousseurs

    Merci Eléonore DESPAX pour ces illustrations que vous pouvez retrouver sur son site

    https://www.eleonoredespax.com/lesbellesendormies

    Voici un bel exemple de situations que j'ai pu rencontrer aussi.

    Les pousseurs

  • Chais'Art #4

    Hétéronomie / Autonomie

    L’hétéronomie, c’est suivre, comme au Moyen Age, les lois du roi.

    L’autonomie, c’est suivre ses lois, pouvoir poser ses propres choix, fixer ses priorités… et être responsable de soi ! L’autonomie, c’est dans la tête !

    On mélange souvent autonomie et indépendance ; or, on peut être autonome dans la dépendance et vice versa…

    www.chaisart.eu

    AutonomieCopyright chaisart

  • Chais'Art #3

    Jean-Michel Folon

    "Il marchait dans sa tête et sa tête volait dans les étoiles."

    www.chaisart.eu

    Copyright chaisartFolon

  • Chais'Art #2

    Client/ Patient

    Le fameux débat !

    Client : le client est roi ! Le client a des droits ! La satisfaction du client, le client a toujours raison ! Pas de clients, pas de marché ! Mais… la santé n’est pas une marchandise ! L’argent n’a rien à faire dans une relation d’aide ! Mais… il faut bien payer les salaires, le client est donc le seul vrai patron…

    Patient : le patient porte bien son nom : il n’a que le droit de patienter après le bon vouloir du personnel soignant/aidant.

    Le patient doit faire preuve de patience pour son bien, il faut donner le temps au temps pour se soigner… Mais le patient est au cœur du corps médical ! Mais… être patient, c’est être pote avec la grande aiguille de l’horloge… « Patience, médecine du pauvre. » proverbe provençal

    Mais « Patience est la médecine de la vie. » proverbe allemand. Patientèle… Clientèle… le débat est ouvert.

    www.chaisart.eu

     Copyright chaisartClient patient

  • Chais'Art #1

    Le mois d'octobre sera consacré à Chais'Art (conjonction de l'Art et de la Chaise roulante) à voir sur leur site (www.chaisart.eu)

    Deux artistes ont uni leurs talents pour aborder les situations de handicap de manière détournée en utilisant des oeuvres connues. Être dans l'absurde tout en soulignant avec justesse la réalité du quotidien, les clichés, les tabous, ...

    Merci à Cléon Angelo et Bénédicte Gastout pour ces ouvrages.

    Merci à Autonomia pour leurs actions.

    Aujourd'hui, je vous propose une oeuvre de Léonard de Vinci dont la légende dit:

    "Regarder le sourire pas le handicap."Copyright chaisart

    Joconde

  • L'autodétermination.

    « Un comportement autodéterminé se rapporte aux actions volontaires qui permettent à quelqu’un d’agir en tant qu’agent causal principal dans sa vie ou de maintenir sa qualité de vie. L’agent causal sous-entend que c’est la personne qui fait ou qui cause les événements survenant dans sa vie. L’agent causal sous-entend plus que la simple cause de l’action ; il laisse entendre que la personne agit avec l’intention de causer un effet pour atteindre un objectif spécifique afin de provoquer ou de créer un changement. »

    Autonomie4Autonomie5

  • Les réseaux sociaux.

    Être seule dans l’écriture est une chose, pouvoir la partager en est une autre. Pour me faire connaitre et tenir le futur lecteur en haleine, je me suis tournée vers les réseaux sociaux en créant en mars 2019 un blog où sont parus régulièrement des extraits de mon livre dans trois rubriques : mes écritures, mes lectures et mes rencontres.

    Cela ne suffisait pas à combler mon envie d’élargir mes sources d’information : créer un compte Facebook « 20 ans après », m'inscrire à Linkedin et ouvrir un compte Instagram et Twitter, voilà la base assurée pour surfer comme tout internaute qui se respecte.

    Deux ans après, je n’ai pas explosé les chiffres du web, loin de là mais, les publications régulières et la newsletter mensuelle ont contribué à augmenter mes abonnés et la courbe de fréquentation. Je remercie les fidèles, les curieux, les occasionnels qui consultent ces supports internet et j’invite ceux qui ne me connaissent pas à venir nous rejoindre et à partager cette information.

    Logo moins

    Statistiques

  • Monsieur Alain Blanc.

    Une rencontre voulue ou fortuite est toujours porteuse d'un signe, d'une opportunité qu'il faut saisir et choyer. Celle avec le sociologue Monsieur Alain Blanc a été l'ouverture vers un éditeur: il est en effet directeur de la collection "handicap, vieillissement et société" aux Presses Universitaires de Grenoble (PUG). A ce jour, j'attends patiemment le retour des PUG pour parution de mon manuscrit.

    Logo pugAlain blanc

  • 6 octobre 2020

    Je viens de recevoir un beau cadeau d’anniversaire.

    C’est à la fois une bonne et une mauvaise nouvelle.

    Suite à l’envoi de mon manuscrit « 20 ans après » aux Presses Universitaires de Grenoble, le directeur éditorial de la collection « handicap, vieillissement, société », le sociologue Alain Blanc, est favorable à sa publication.

    Il m’a préconisé un certain nombre de corrections à apporter au manuscrit, principalement sur la forme comme les références bibliographiques, la répartition des paragraphes… normes obligatoires de l’éditeur.

    Seulement, les délais avant sa publication sont longs car l’année 2021 est déjà pourvue : si ma démarche aboutit, mon livre sera édité en 2022. Alors, il faudra attendre un peu.

    Les mots encourageants d’Alain Blanc ont validé la qualité de mon travail et je suis très fière d’avoir cette reconnaissance et cette légitimité qui donne de la valeur à mes propos et à mon témoignage.

    La publication de mon manuscrit tant attendue viendra non seulement récompenser le travail fourni pendant plusieurs mois et marquer un moment fort de mon parcours de vie mais elle donnera aussi de la pérennité à mon livre qui trouvera sa place sur les étagères des bibliothèques pour des années.

    L’aventure continue, les publications sur mon blog vont continuer épisodiquement, merci d’être patient !

    Raisons ecrire livre ooay9xsbgnagufeba5n3shshbggnttb0shg1f88c4w

  • Ce que nous sommes.

    Lorsque tu me croises dans la rue
    C'est sur, je ne passe pas inaperçue.
    Aux premiers abords,
    Je suis différente et alors ?

    Que tu sois gros, petit, trisomique,
    Aveugle, amputé ou tétraplégique,
    Ton image fait peur ou fait pitié
    Et tu déranges l'ordre de la société.

    Lorsqu'on parle d'inclusion,
    Je me dis que le normal n'a pas toujours raison,
    Que chacun dans ce monde est différent
    Mais que le monde n'est pas toujours tolérant.

    Je n'ai pas choisi cette vie
    Mais c'est la vie qui me sourit
    Même lorsqu'elle rime avec galère
    Je garde toujours les pieds sur terre.

    J'ai appris à vivre avec mes déficiences
    Et, à force de volonté et de persévérance,
    A affronter les difficultés
    Sans jamais perdre ma dignité.

    J'essaye de m’débrouiller seule dans la vie
    Même si elle ne rime pas toujours avec autonomie,
    Mais, quand on me propose de l'aide, je l'accepte
    Car, la solidarité, à ce moment-là, ça s’ respecte.

    La vie est ma résilience
    Car je n'ai jamais perdu confiance
    Même si on n'échappe pas toujours aux clichés
    Quand on parle d'une personne handicapée.

    Il faut du temps pour changer les mentalités
    Un regard, une parole peuvent tout bouleverser.
    Rappelle toi que personne n'est parfait
    Cà, je suis sûre que tu le savais.

    En tout cas, on a tous un point commun
    Ce sera valable aujourd'hui comme pour demain
    C'est que nous sommes tous différents
    Sur deux pieds ou en fauteuil roulant.

    Demain, lorsque tu me croiseras dans la rue
    On aura l'impression de s'être déjà vu
    Et maintenant qu'on s’ connaît un peu mieux
    On fera, si tu l’ veux, un bout de chemin à deux
    .

    Logo handicap

  • Vivre dans une société inclusive ?

     

    ARTHUR SCHOPENHAUER a dit :

    “Par une froide journée d’hiver, un troupeau de porcs-épics s’était mis en groupe serré pour se garantir mutuellement contre la gelée par leur propre chaleur. Mais tout aussitôt ils ressentirent les atteintes de leurs piquants, ce qui les fit s’éloigner les uns des autres. Quand le besoin de se chauffer les eut rapprochés de nouveau, le même inconvénient se renouvela, de façon qu’ils étaient ballottés de çà et de là entre les deux souffrances, jusqu’à ce qu’ils eussent fini par trouver une distance moyenne qui leur rendit la situation supportable.

    Ainsi, le besoin de société, né du vide et de la monotonie de leur propre intérieur, pousse les hommes les uns vers les autres ; mais leurs nombreuses qualités repoussantes et leurs insupportables défauts les dispersent de nouveau. La distance moyenne qu’ils finissent par découvrir et à laquelle la vie en commun devient possible, c’est la politesse et les belles manières.”

    Avec la loi de 2005, on pensait que le regard sur le handicap aurait changé, que chaque personne handicapée serait reconnue comme une personne à part entière, un citoyen comme les autres.

    Si les textes ont permis cette prise de conscience du retard de la société pour la prise en compte, et non pas la prise en charge, de cette catégorie de population, en réalité, sur le terrain, les changements de mentalité et de paradigme s’avéraient être longs à mettre en place.

    On parle actuellement beaucoup d’inclusion. Son objectif est d’affirmer que, comme le défend à juste titre Charles Gardou, « l’exclusivité de la norme c’est personne ; la diversité c’est tout le monde » et que chacun a sa place dans la société.

    Cette considération n’aura d’effet sur les mentalités qu’avec le temps, la patience, et beaucoup de dialogue. J’ai pu expérimenter cette approche à travers des rencontres avec des classes d’enfants, des lycéens, des entreprises ou des commerçants.

    Sensibiliser les personnes valides, se mobiliser pour trouver un terrain d’entente permettrait de lutter contre les préjugés, l’injustice ou la discrimination et de changer le regard de la société.

    Est-on pour autant dans une société adaptée aux acteurs des mondes du handicap où chacun trouve sa place?

    Image1 1

  • Militer en politique.

    Cette dernière étape, la plus récente, concerne mon implication dans la politique locale lors des élections municipales 2020.

    Forte de mon expérience de terrain et de ma « notoriété » locale, j’ai été appelée en septembre 2019 à rejoindre un groupe d’opposition appelé « Osons Salon » avec lequel j’ai défendu, pendant cette campagne, les intérêts des personnes handicapées, la politique d’accessibilité de la ville en proposant des solutions innovantes. En effet, comme le montre Stéphanie Veermersch[1] dans son article, tout engagement militant suppose une éthique basée sur le pouvoir d’agir sur l’action publique.

    Cette reconnaissance soudaine de mes capacités à changer le monde me propulsa aux devants de la scène, m’exposant à mes contradicteurs et aux joutes électorales.

     

     

     

     

    [1] Stéphanie VERMEERSCH, op.cit., p 9.

    X2017 02 16 200237 elections 2017 bessan jpg pagespeed ic 71evqowcty 1170x480 c default

  • Agir au service des autres.

    Mon expérience de bénévole au sein de l’association La Vaillante m’ouvrit d’autres portes. J’étais toujours disposée à donner de mon temps, à apporter mes compétences.

    Pour toutes ces raisons, j’ai fini par adhérer, dix ans après ma sortie du centre, en tant que bénévole à différentes associations que ce soit dans le domaine sportif ou dans celles liées au handicap pour lutter contre la discrimination, pour favoriser l’inclusion des personnes handicapées dans la société et pour promouvoir leur participation sociale.

    Mon engagement avec l'Office Municipal des Sports, avec Parcours Handicap 13, mon investissement au sein de la commission communale d'accessibilité de Salon de Provence ont contribué à élargir mon réseau et à confirmer mon statut de citoyen à part entière.

     

    Big 151980030ec

  • Reprendre mes études.

    Titulaire depuis 1986 d’un diplôme de Conseillère en Economie Sociale et Familiale (ESF) (bac + 3), j’avais acquis l’expérience d’un travailleur social pendant trois ans, de 1986 à 1989, dans différentes structures d’accueil comme des foyers de personnes handicapées, un foyer de femmes seules ou une association caritative puis, de 1989 à 1997, j’ai enseigné l’ESF à mi-temps en lycées professionnels et techniques.

    L’accident, survenu en 1997, avait brisé ma carrière professionnelle. A défaut de reprendre le travail, je m’étais tournée vers le bénévolat à La Vaillante et dans les autres associations citées précédemment.

    En perpétuelle recherche d’innovation et avide d’apprendre (j’ai toujours aimé l’école), j’avais envie d’approfondir ma réflexion sur le handicap, mes compétences en travail social pour y trouver un développement personnel. 

    En 2013, l’idée de reprendre mes études orienta mes recherches sur internet vers une formation à caractère social niveau master 1. Comme le destin est parfois lié au hasard des rencontres, j’ai trouvé un Diplôme de Hautes Etudes Pratiques Sociales (DHEPS) mention Responsable d’Etude et de Projet Social (REPS) dispensé par le Collège Coopératif Provence Alpes Méditerranée (CCPAM) à Aix, à 30 minutes de mon domicile, en concomitance avec l’université de Strasbourg et en formation continue sur deux ans.

    L’objectif du diplôme était d’acquérir des compétences nécessaires à l’exercice des fonctions de conception et de gestion de projets à développement social. Je pouvais ainsi prétendre être une future responsable de projets ou une chargée de mission et être capable d’analyser les enjeux sociaux, de diagnostiquer, développer, manager et évaluer les ingénieries des projets de développement.

    Son programme comportait des modules d’outils conceptuels d’analyse, mêlant des cours de sociologie, d’économie politique, d’anthropologie, des modules de projet comme de la politique sociale, des outils de communication et un module de recherche pour produire un mémoire.

    J’ai demandé à la Maison Départementale des Personnes Handicapées (MDPH) la Reconnaissance de Travailleur Handicapé (RTH) puis j’ai contacté Cap Emploi, l’équivalent de Pôle Emploi pour les personnes handicapées, pour obtenir le financement de ces études supérieures.

    11046777 919845571371931 7100637988063850407 n

     

     

  • Revendiquer mes droits.

    Cela ne m’empêchait pas pour autant d’être dans l’affirmation de mes droits, de contester une réalité parfois hostile ou de faire exploser une colère légitime.

    Une place de stationnement réservée aux personnes titulaires d’un macaron GIG GIC[1] occupée par une personne valide, un trottoir encombré par une voiture dont le conducteur affirmait qu’il n’avait que pour une minute serait les deux exemples les plus fréquemment rencontrés.

    Accepter telle situation paraîtrait impossible mais, devant la répétition des faits, j’étais, non pas tolérante face à ces incivilités, mais plutôt favorable à l’explication, la sensibilisation et l’éducation. Modifier les comportements des autres s’avérait être un combat de tous les jours. Je ne pouvais changer le monde dans lequel je vivais sans prendre du recul et garder une pointe d’ironie. L’impact de mon regard sur celui qui, par inadvertance ou négligence, était en infraction, suffisait à pointer du doigt la bêtise humaine et remettre en cause son manque de civisme. Le refera t-il à une prochaine occasion ?

     

     

    [1]GIG GIC : Grand Invalide de Guerre, Grand Invalide Civil.

    Si tu prends ma place prends mon handicapTrotoirweb

  • Un esprit de liberté.

    Je n’avais pas pour objectif de me lancer dans des exploits sportifs hors du commun ou de grandes expéditions. Mais, à plusieurs reprises, j’ai pu pratiquer quelques activités originales qui m’ont permis de me dépasser, de montrer que le handicap aussi important soit-il n’empêche pas la mobilité, les sensations fortes et le plaisir de surmonter sa peur.

    Un tétraplégique est considéré comme un être sans mouvement, c’est un paradoxe de voir jusqu’à quel point il est capable de bouger !

     

    2009 ski 22010 3 12015 parapente 22015 parapente 1

  • Mon engagement social.

    Reconstruire une vie sociale après l’accident relevait d’un processus de résilience : cette rencontre fondatrice avec le club de La Vaillante a été un levier, un « tuteur de résilience ». Elle m’a permis de changer le regard des autres : je n’étais plus inactive et dépendante de la société, je m’investissais bénévolement dans une association et j’apportais quelque chose. J’ai pu m’épanouir personnellement, tisser des liens sociaux,  valoriser mon estime de soi et finalement, m’engager sans les contraintes d’un travail salarié.

    Ces dix-neuf années passées à La Vaillante ont été un tremplin social, m’ouvrant d’autres opportunités. Bien que je n’étais que bénévole, comme l’explique Stéphane VERMEERSCH, « j’y puisais un statut quasi professionnel, un prestige, au moins local, non négligeable et un nombre de relations amicales. Mon identité s’est totalement réorganisée autour de mon identité associative[1]. » Pour ces raisons, j’étais prête à m’investir dans d’autres instances complémentaires liées au handicap ou au sport.

     

     

    [1] Stéphanie VERMEERSCH, Entre individualisation et participation : l’engagement associatif bénévole, Revue française de sociologie 2004 p 20.

    2001 vaillante

  • Mon projet de vie.

    Un parcours de vie n’est jamais tracé d’avance : le projet de vie, pour chacun d’entre nous, évolue, se crée au fil du temps en fonction du contexte familial, social, environnemental.

    Les conditions de vie au quotidien pour une personne handicapée sont importantes : un confort matériel pour une vie à domicile, accessible et pratique et un environnement agréable (extérieur accessible, voisinage, …) sont indispensables pour bien vivre.

    Il reflète les aspirations et les désirs, au sens d'idéal de vie, et doit exprimer ce que l'on souhaite pour ouvrir le champ des possibles.

     

    2019 ville

     

  • Le sport, comme tremplin.

    Début janvier 1999, je m’étais mise en quête d’un club handisport près de Pélissanne où l’on pratiquait le tennis de table. J’avais vraiment apprécié cette activité en centre de rééducation et ma motivation maintenant était de retrouver le plaisir du geste mais aussi de rejoindre un groupe et partager avec d’autres personnes la même passion.

    Et, comme toute vie est régie par des hasards qu’il faut savoir saisir lorsqu’ils se présentent,  je joignis par téléphone le responsable de la section tennis de table à l’association La Vaillante à Salon de Provence qui m’invita un samedi matin de janvier 1999 à participer à un entraînement.

     

    1999 janvier vaillante modifiee

  • Etre reconnue comme victime.

    Il a fallu une période de presque trois ans, de 1998 à 2001, afin que la justice rende ses jugements concernant les préjudices subis lors de l’accident.

    Les différents jugements rendus n’avaient qu’un seul objectif : évaluer précisément le montant de l’indemnisation financière.

    Selon Catherine Audard, philosophe qui s’est intéressée aux personnes handicapées et à la justice : « Indemniser une personne handicapée  ne changera rien à sa situation. Ce dont il a besoin, c’est de pouvoir convertir les biens et les ressources en possibilité d’agir et de réduire son handicap  comme par exemple, améliorer l’accessibilité, acheter un fauteuil roulant onéreux ou employer du personnel[1]. »

     

     

     

    [1] Catherine AUDARD, op.cit., p 58.

    Quatorze prevenus libres apres une erreur de la justice