Madame Débrouille (suite)

Quand je vous parlais de Madame Débrouille, je voulais évoquer toutes les astuces que Violaine, on ergothérapeute, avait mises en place : c’était la reine du scratch, des attelles et des anneaux adaptés à tous les objets !

Comment tenir une brosse à dents en main quand on ne pouvait pas la serrer ? Comment écrire sans la pince entre le pouce et l’index ? Et, manger, sans que ça devienne une galère avec une nappe maculée de taches ?

C’est ainsi que beaucoup de mes ustensiles courants (brosse à dents, brosse à cheveux, fourchette, stylet pour taper sur un clavier d’ordinateur, celui avec lequel je tape ce texte, lettre après lettre…) ont été pourvus d’attelles entourant ma paume de main dans lesquelles je pouvais la glisser. J’avais assez de mobilité pour me servir de mon bras et de mon poignet même si mes doigts ne bougeaient pas. Le seul objet qui n’avait pas son aide technique, était le stylo : à force de chercher la meilleure façon d’écrire « lisiblement », je décidai de coincer le stylo feutre (obligatoire car, sans appuyer, sa mine glisse sur le papier) entre le majeur et l’index. Le tour était joué, j’allais pouvoir seule rédiger un chèque, écrire une adresse ou prendre des notes.

Je comptais aussi beaucoup sur les anneaux en métal (ceux sur lesquels sont nos clés) : sauf que moi, j’en mettais partout : aux fermetures éclair, aux chaussures, sur tous les objets insaisissables autrement !

Anneau pour fermeture eclair