Violaine, mon ergothérapeute

 

C’est ainsi que se poursuivait la rééducation en binôme avec Violaine, mon ergothérapeute[1].

Pour résumer, c’était Madame Débrouille, pleine de ressources et d’astuces dont j’ignorais l’existence. Son objectif : développer un savoir-faire qui consiste à pallier aux déficiences inhérentes au handicap et à m’inciter à être moi-même « productrice d’un chemin de gestuel inexploré, d’une voie à ouvrir pour enfin parvenir à reprendre ma place dans ce corps qui la conteste[i] ».

Se pencher pour ramasser un objet tombé au sol en tenant l’équilibre, déplacer des petits objets sur un plan de travail en utilisant le pouce et l’index (la pince), écrire en trouvant la meilleure façon de tenir un stylo feutre, …n’étaient que des exemples d’apprentissage qui me seraient bien utiles. Sans oublier, se laver les dents, se coiffer, manger, …tous ces actes de la vie quotidienne que tout le monde souhaiterait faire seul pour ne pas dépendre d’autrui.

« Comment tu te sens là, penchée en avant ? N’aies pas peur, tu ne risques pas de tomber ! Vas-y doucement, tu vois ! Essaye de toucher tes pieds ! ». Cet exercice périlleux me sembla impossible aux premiers abords : le manque de sensibilité m’obligeait à réaliser l’action demandée avec prudence car, je n’avais pas d’équilibre du tronc et que mon corps semblait suspendu par les épaules en permanence au dessus du vide.

Mon corps se pencha jusqu’à ce que mes mains viennent toucher mes pieds et je réussis ! Maintenant, il fallait se redresser avec seulement la force des bras et surtout des triceps. Ils étaient limités et par conséquent, à moitié performants, alors, cet exercice venait les renforcer. C’était plus facile pour ramasser un objet tombé sur le côté : j’accrochais un coude à la poignée du fauteuil et avec l’autre main, me penchais jusqu’au sol pour le saisir comme je pouvais.

Ces exercices répétés pourraient donc se reproduire seule sans risque.

 

 

[1] Ergothérapeute : profession chargée d’évaluer et d’accompagner les personnes afin de préserver et développer leur indépendance et leur autonomie dans leur environnement quotidien et social.

 

 

[i]  BOUTON Xavier, Corps diminué et reconstruction collective, Editions PUG novembre 2008

 

Fotolia 38107848 xs